Travailler  |   Ranger  |   S'asseoir   Se Réunir   | Diriger   |
Travailler  |   Ranger  |   S'asseoir  |  Se Réunir   | Diriger   |

 

 

 

 

Savoir & Faire savoir

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

Ergonomie (gr./lat./angl.) Science qui s'occupe de l'efficacité de l'homme et de ses limites au travail, ainsi que de l'adaptation réciproque et optimale entre l'homme et ses conditions de travail.

 

 

Ergonomie

 

Responsabilité ergonomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’évolution du poste de travail de bureau fait appel à des opérateurs professionnels, indépendants, responsables et mieux formés. Ces derniers devront s'adapter aux nouvelles exigences de modularités et de flexibilités qu'impliquent le travail aujourd'hui. Pour faire face à ces enjeux HAWORTH a conçu un poste de travail flexible et réglable qui s’adapte à l’opérateur. Afin de ne pas se retrouver dans la situation inverse ou l’opérateur est obligé et contraint de s’adapter à un poste de travail rigide qui est inadapté aux différentes fonctions éxercées. HEXAGON répond en tous points a ce type de poste de travail, il s'adapte à l'individu en fonction de ses besoins réels. C'est une création Dyes visible içi http://www.workspace4you.com

Retour

Concept adapté à l’opérateur en conformité avec ISO 9241.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Il convient que le plan de travail soit réglable en hauteur pour toute la population d’utilisateurs visés à partir du 5ème percentile pour les femmes et jusqu’au 95ème percentile pour les hommes.

Facilité de réglage : il convient que les commandes puissent être actionnées de préférence à partir de la position habituelle de travail; il convient qu’elles ne nécessitent pas de force de manœuvre excessive; il convient qu’elles ne nécessitent pas de formation particulière ou d’outils spéciaux avant réglage.

Il convient que le plan de travail, lorsqu’il est chargé du matériel prévu, ne bascule pas lorsqu’une personne s’appuie sur l’un des côtés ou s’assoit sur le bord.

En position assise décontractée, la ligne de visée est inclinée d’environ 35° en dessous de l’horizontale.

La distance de vision optimale pour le travail de bureau en position assise est de 600 mm.

Le support (pour les poignets) peut être réalisé par l’aménagement d’un espace libre suffisamment profond (au moins 100 mm) sur la surface d’appui.

Retour

Ergonomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Etre bien assis dans toutes les positions

D'une part...
...Il est dans la nature de l'homme de sonder les limites de son efficacité et d'essayer de les dépasser sans arrêt - tant physiquement qu'intellectuellement.

D'autre part...
...La recherche de confort, de santé et de bien-être est tout aussi caractéristique de l'être humain
.

Le travail quotidien demande souvent plus à notre corps que ce que celui-ci ne peut raisonnablement fournir, même lorsqu'il ne s'agit pas d'un travail avant tout physique. Car le travail assis au bureau s'avère parfois très pénible et il provoque souvent des séquelles irrémédiables et cela sans que l'on s'en rende compte.

Comforto, en collaboration étroite avec des spécialistes du travail, des médecins, des ingénieurs et des concepteurs, s'emploit depuis plus de 30 ans à trouver et à améliorer des solutions dans le domanie des sièges. Dans un contexte de travail toujours en mouvement, le sujet complexe de l'ergonomie est donc constamment au centre des réflexions de comforto.

L'humanité toujours assise

L'homme de bureau passe environ 80.000 heures assis à sa place de travail. Si l'on y ajoute les heures qu'il passe assis à table pour prendre le petit déjeuner, dans sa voiture ou dans les transports publics, dans les salles d'attente, en conférences, pour déjeuner, le trajet pour regagner sa maison, le dîner, devant la télé... il devient manifeste que son corps ne bouge pas assez.

Or, tôt ou tard, cette absence de mouvement entraînera des problèmes. Une personne sur deux se plaint de mal de dos à intervalles fréquents et de contractures. Des millions de personnes souffrent de maux chroniques, de séquelles parfois irrémédiables. Vous vous en douterez, l'économie en souffre également car les incapacités de travail, les thérapies et les frais liés à la convalescence se chiffrent par milliards. Dans votre propre entreprise, l'employé représente à la fois le plus grand facteur de coûts et le moteur de la performance, et votre réussite économique dépendra directement de son bien-être. La volonté d'innover et la productivité de vos collaborateurs sont votre capital le plus important.

L'homme : une construction truffée de défauts ?

Il se peut que nous traversions actuellement une phase peu propice de notre évolution. Peut-être bien que dans deux, voire trois millions d'années, tout ira mieux, mais d'ici là, notre dos nous donnera bien du fil à retordre. Les disques intervertébraux, en tant que maillons les plus faibles et les plus fragiles de notre système locomoteur, constituent le problème principal.

En tête des statistiques relatives aux problèmes physiques se trouvent les douleurs de dos, loin devant les autres. De nouveaux problèmes, liés à la généralisation de l'emploi des ordinateurs, sont venus grossir le rang des problèmes classiques liés à la position assise. Ils sont connus sous les appellations "syndrome RSI" (Repetitive Strain Injury) et CTS (Syndrome du tunnel Carpal). Ces termes regroupent tous les problèmes liés aux douleurs de la nuque, de la tête, des bras et des mains. Douleurs, enflures, engourdissements et fourmillements n'en sont que les symptômes manifestes.

La colonne vertébrale et les muscles dorsaux

La colonne vertébrale est constituée de 24 vertèbres mobiles. Entre celles-ci, les disques intervertébraux, sortes d'éléments de transition, servent à amortir les chocs de manière élastique. La position idéale de la colonne vertébrale est en forme de double S.
Dans cette position, la colonne est équilibrée et la répartition du poids idéale. Une pression unilatérale, exercée de manière prolongée, a pour effet de dessécher les disques intervertébraux. Ils deviennent ainsi plus exposés aux cassures, voire aux fissures irréparables.

Nos muscles dorsaux forment une structure complexe constituée de différents groupes de muscles. Une posture incorrecte sur le siège provoque des contractures, des problèmes de métabolisme et des dysfonctionnements.

Les disques intervertébraux

La nutrition des disques intervertébraux se fait par diffusion lorsqu'il n'y a pas de pression. A l'instar d'une éponge, le disque intervertébral absorbe le liquide et le rejette lorsqu'il est compressé.

Un prolapsus des disques intervertébraux peut être provoqué par le déplacement en arrière du noyau du disque intervertébral, en direction du canal de la moelle épinière. Le disque se plie en avant, ou l'anneau fibreux se déchire. Il en résulte une pression sur les nerfs, avec des douleurs qui peuvent atteindre le stade de la paralysie.

Au cœur du problème : la colonne vertébrale

S'asseoir, cela veut dire se mettre en position de repos après s'être tenu sur ses pieds ou après avoir marché. Lorsqu'on est assis, le système locomoteur et la circulation se reposent, l'activité est réduite et la consommation d'énergie diminue. Cela stimule le cerveau et favorise l'activité intellectuelle.

Mais l'être humain n'est pas fait pour être assis pendant une durée trop longue. Les disques intervertébraux, qui font office d'amortisseurs de choc et de joints élastiques entre les vertèbres, ne sont alimentés que lorsqu'ils ne sont pas compressés. Une compression prolongée et la déshydratation subséquente peuvent provoquer des dégâts irréparables. La posture typique, c'est-à-dire légèrement penchée en avant, entraîne moins de pression pour les muscles dorsaux que la posture droite " correcte ". Cela représente en quelque sorte " un conflit d'intérêts ". Ainsi, toute recommandation pour une posture ou une autre pour une personne assise ne peut être qu'un compromis.

Les images ci-dessus montrent une comparaison de la pression exercée sur la colonne vertébrale. Les mesures portent sur les différences de la pression, à l'intérieur des disques intervertébraux, lors des différentes postures.

La solution

(1) S'asseoir de manière dynamique

Pour alimenter les disques intervertébraux, même lorsque la personne est assise et malgré la pression exercée, il faut s'asseoir de manière dynamique et mobile. Comforto offre de nombreuses gammes de produits qui tiennent compte de cela, en favorisant la bonne posture de la personne lorsqu'elle est assise - qu'il s'agisse des membres de la direction, du management ou des employés qui travaillent principalement à l'écran.

Par principe, il n'y a pas de bonne posture pour une personne assise, seul le changement fréquent de la position sur le siège décharge les disques intervertébraux et favorise la circulation du sang, le métabolisme et la respiration et, par-là, l'efficacité du collaborateur.

(2) Synchroniser les mécanismes

Cette chaise favorise la position assise dynamique de la personne en optimisant sa posture lors d'un changement de position. Lors d'une inclinaison en arrière ou en avant du dossier, l'assise bouge de manière synchronisée, dans une proportion de 1 :2,5, avec le pivot se trouvant approximativement à hauteur du creux du genou. Cela évite qu'une congestion de sang ne se forme dans le bas de la jambe. Seule ces mécanismes synchronisés favorisent les processus naturels du mouvement chez l'homme.

(3) Garder la bonne position assise

La bonne position assise s'obtient en maintenant la forme en double S de la colonne vertébrale. Cette posture est favorisée lorsque le bassin est tourné en avant. La cage thoracique est alors remontée (ce qui facilite la respiration), les vertèbres cervicales sont redressées, pouvant ainsi mieux supporter le poids de la tête (env. 9% du poids du corps). Par conséquent, les muscles de la nuque sont moins exposés aux contractures.




(4) S'asseoir en angle ouvert

S'asseoir en maintenant un angle de plus de 90° entre le haut du corps et les cuisses favorise la posture droite, c'est-à-dire la respiration, le métabolisme, la digestion et, par-là, l'efficacité même. Des tests scientifiquement menés prouvent qu'une légère inclinaison de l'assise, de l'ordre de 3° à 4°, optimise la posture de la personne, même lorsqu'elle est assise pendant une longue durée. Une plus grande inclinaison poserait problème étant donné que la personne aurait tendance à glisser en avant, à perdre le contact avec le dossier, ne pouvant ainsi plus maintenir la forme en double S de la colonne vertébrale.

(5) Veiller aux bons réglages

Même la meilleure chaise ne remplit pas sa fonction lorsqu'elle est mal réglée. Pour être bien assis, veillez à ce que le haut et le bas du bras forment approvimativement un angle droit et à ce que l'avant-bras repose sur la surface de travail. La plante des pieds doit être détendue et entièrement reposer sur le sol, alors que le haut des bras est confortablement posé sur la table. Des accoudoirs à hauteur réglable déchargent aussi bien les bras que les coudes et évitent ainsi les contractures dans la région des épaules et de la nuque. Idéalement, il faut utiliser une table dont la hauteur peut être réglée en fonction du volume du corps. En cas de besoin, les personnes de petite taille se serviront d'un repose-pied. La résistance du dossier devra être réglée individuellement en fonction du poids de chaque personne.

(6) Travailler de manière dynamique

Que vous soyez confortablement assis ou non, votre corps a besoin de mouvement. Lors de l'organisation de votre plan de travail, veillez à ce que tous les objets ne soient pas à portée de main. Levez-vous de la chaise pour vous rendre à la photocopieuse, à l'imprimante, à la pause ou encore à un entretien avec vos collègues. Tendez vos bras vers l'étagère ou posez vos pieds sur un escabeau. Renoncez à prendre l'ascenseur et passez par l'escalier. Durant la pause, allez faire une petite promenade, si possible en plein air. Si, en plus, vous faites du sport de compensation, alors vous donnez à votre organisme l'appui dont il a besoin au bureau.

La gymnastique au travail

Un siège peut très bien servir d'appareil de gymnastique. Une petite série d'exercices vous maintient en forme, stimule la circulation du sang et le métabolisme. Pensez-y : être assis, c'est travailler. Les muscles et les ligaments sont tendus pour tenir le corps en position droite. La gymnastique vous permet d'éviter d'éventuelles contractures.

Exercices à votre poste de travail par Comforto (568 KB)

Ergonomie au travail, définition selon Haworth (498 KB)

Haut

 
   

 

 

 

©

 

agencements Inter@ctifs Copyright 2004/2009

   

  

. E q u i p e m e n t s . d 'e s p a c e s . p r o f e s s i o n n e l s .